Politique éditoriale

Notre modernité a vu la littérature sortir du livre, pour investir d’autres supports et s’adapter à différents écosystèmes culturels. Au XIXe siècle, lorsque la France entre dans sa première ère médiatique de masse, les artistes colonisent et reconfigurent tous les territoires de la presse. Plus tard, les écrivains s’emparent de la radio comme mode d’expression alternatif, pleinement mais autrement littéraire : après la presse écrite et avant la télévision et internet, la radio bouscule le rapport des écrivains à l’actualité, à l’imprimé et à la parole, aux formes, genres et supports de la création, à l’édition, aux publics, à la gestion de leur « personnage ». Quant à l’actuel tournant numérique, il révolutionne aussi bien les formes littéraires que les processus de lecture et de réception. Ces mutations, qui infléchissent en profondeur la définition même de la littérature, sont au cœur des investigations menées par l’équipe RIRRA21 à l’université Paul-Valéry (Montpellier).

La plate-forme d’édition Komodo 21, par sa forme et son contenu, a pour vocation d’accompagner les avancées de la recherche dans ces différents domaines. Komodo 21 questionne le comment de la littérature en ses différents supports, au travers de dossiers ciblés, de dimensions réduites (une douzaine de contributions au plus), explorant les déclinaisons, variations ou mutations communicationnelles du fait littéraire, de l’entrée dans la « civilisation du journal » au XIXe siècle aux recompositions induites par le développement des médias numériques depuis la fin du XXe siècle. Le support numérique, en accord avec les objets de recherche abordés, allie la réactivité et la diversité des documents mobilisables : Komodo 21, à l’instar de la « littérature augmentée », se veut multiple, évolutif et découvreur.

Plate-forme scientifique à comité de lecture, Komodo 21 publie dans un délai de trois mois après leur acceptation des dossiers thématiques relevant de sa politique éditoriale. Elle ne publie ni varia ni comptes rendus.